Skip to content

And at-il a risque ?

Avec l’allongement de l’espérance de vie, the « multimorbidité » (presence of a number of maladies chroniques chez un même affected person) represents a veritable enjeu de santé publice. Or, en prenant de l’âge, les adultes ont tendance à rogner sur leur temps de sommeil. Et si peu sleep after 50 ans augmentait the danger of developer many maladies chronicles? That is what suggests a latest research, sleeping might symbolize a threat.

Âge, sommeil et maladies chroniques

Avec l’allongement de l’espérance de vie des populations, the « multimorbidité » (presence of a number of maladies chroniques chez un même affected person) represents a veritable enjeu de santé publique. On estimate d’ailleurs that greater than 50% of adults over 65 ans souffrent d’au moins deux maladies chroniques on the identical time.

En prenant de l’âge, les adultes ont par ailleurs tendance à rogner sur leur temps de sommeil. Or, un temps de sommeil suffisant demeure capital pour se maintenir en bonne santé. De nombreuses études ont en effet déjà démontré le lien existant entre la durée du sommeil et le risque de développer une maladie chronique (maladies cardiovasculares ou cancers par exemple). Mais jusqu’à présent, le lien entre sommeil et « multimorbidité » n’a pas été exploré. A crew of scientists from l’Inserm et de l’Université Paris Cité, in collaboration with the chercheurs from l’College Faculty London, a donc souhaité approfondir le sujet.

Let’s know! Le sommeil régule plusieurs fonctions dont l’humeur, la cognition, le métabolisme ou encore l’immunité.

Sleeping after 50 years previous will increase the danger of power maladies

L’objectif de cette étude? Study the influence of the durée du sommeil à 50, 60 et 70 ans sur l’évolution des maladies chroniques au fur et à measure de l’avancée en âge. Parmi les 13 maladies chroniques scrutées par les cientificas, citons les maladies cardio-vasculares, les cancers, les maladies renales, les maladies hepatiques, le diabète, les troubles neurologiques, le risque dépressif et l’arthrose.

Pour mener à bien leurs travaux, les scientifiques se sont appuyés sur les données de 7,000 britanniques collectedées dans le cadre de l’étude Whitehall II of the College Faculty London. La durée de sommeil ayant été self-evaluated by the members in a number of reprises between 1985 and 2019, the chercheurs ont pued extractire des données sur la durée du sommeil à l’âge de 50, 60, et 70 ans pour chaque participant. Au sein de this cohort, a bunch of 4000 members s’est également vu précisément mesurer la durée du sommeil à l’aide d’une montre connectée (ou à accéléromètre) portée pendant une semaine.

Let’s know! An accelerometer designates an instrument that measures the acceleration of a motion

After suivi de l’état de santé des members jusqu’en mars 2019, les chercheurs ont pu examiner le lien entre la durée du sommeil à différents âges de la vie et le risque de survenue de plusieurs maladies chroniques. Les scientifiques en ont également profité pour étudier plus specifiquement l’influence de la durée du sommeil à l’âge de 50 ans sur le risque de transition d’un état saint vers una première maladie chronique, vers la multimorbidité ainsi que vers la mortalité.

revealed within the Plos Medicationthe outcomes of this research ont ainsi démontré :

  • A strong affiliation between courtesan nights of sommeil (beneath or equal to five hours) between ages 50, 60 and 70 and a threat plus elevation of 20 to 40% to develop a «multimorbidity».
  • An affiliation between courte durée de sommeil à l’âge de 50 ans et risque accru de 20% de developper une premiere maladie chronique.
  • An affiliation between courte durée de sommeil à l’âge de 50 ans et risque accru similaire de multimorbidité parmi les personnes ayant déjà développé une premiere maladie chronique.

De l’significance d’une bonne hygiene de sommeil

D’après cette étude, Il semblerait donc que de dormir peu increasen le risque de survenue d’une ou plusieurs maladies chroniques après 50 ans, them-mêmes related to une espérance de vie plus courte. Des lors, à la cinquantaine, faudrait-il sleep plus longtemps pour se prémunir de la «multimorbidité»? Pas si sûr, automobile les chercheurs n’ont pas établir d’affiliation between a temps de sommeil plus lengthy (plus 9 hours per evening) à l’âge de 50 ans et le risque de developper une multimorbidité au cours de l’ advance in âge.

Pour l’auteur principal de cette étude, ces résultats soulignent neanmoins l’significance d’adopter une bonne hygiene de sommeil. Cela implies pour chacun de faire the purpose sur ses habititudes de vie qui pourraient compromettre la durée et la qualité du sommeil. Automotive s’il demeure indispensible pour la récupération physique, le sommeil joue également una rôle importantes dans la restoración de l’energie, les secretions hormonales ou l’elimination des toxines de l’organisme.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

sources

– De courtes nuits de sommeil dès 50 ans augmenteraient le risque de developper plusieurs maladies chroniques. Inserm.fr. I consulted on November 2, 2022.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *